Coopération Luxembourg-Sénégal

Sur la voie de l’émergence...

A l’occasion de la 11e session de la Commission de partenariat entre le Luxembourg et le Sénégal qui s’est tenue hier à Luxembourg, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider a fait le point, avec Amadou Ba, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Mamadou Talla, ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, et Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Sénégal, sur les relations de coopération entre les deux pays.

Il est bon de rappeler que le Sénégal est un pays qui compte 14.133.280 habitants d’une moyenne d’âge de 18,2 ans, et dont l’espérance de vie est de 63 ans. Le Sénégal a un taux d’alphabétisation de 50% et occupait, en 2014, la 163e place sur les 186 que compte l’indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). La coopération entre les deux pays a débuté en 1987 et, depuis 1993, le Sénégal a le statut de pays partenaire privilégié de la coopération luxembourgeoise.

Actuellement, on en est au 3e Programme indicatif de coopération (PIC) qui, signé à Dakar en octobre 2011, couvre la période 2012-2016 avec une enveloppe budgétaire indicative totale de 67,9 millions d’euros. Le Luxembourg soutien également des ONG actives dans ce pays.

Le programme qui concerne les régions de Louga, Matam et Saint-Louis au Nord, la région de Thiès à l’Ouest, et les régions de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, au Centre du pays, comporte des actions dans les secteurs de la santé (de base et reproductive), de l’enseignement technique, de la formation et insertion professionnelle, de la décentralisation et de l’éducation citoyenne et bonne gouvernance, ainsi que de l’hydraulique et de l’assainissement.

Durant la conférence de presse qui a suivi leur entrevue, Romain Schneider, a tenu avant toute chose à souligner la qualité de la collaboration entre les deux pays, dont témoigne l’importante délégation sénégalaise. Il a également déclaré que le Luxembourg se félicitait d’accompagner le Sénégal sur la voie de l’émergence, objectif que s’est fixé le pays pour 2035.

Prenant la parole au nom de la délégation sénégalaise, Amadou Ba, c’est dit très satisfait du travail réalisé durant toutes ces années. Il a rappelé que le nouveau modèle de développement adopté par le Sénégal (Plan Sénégal émergent) pour accélérer sa marche vers l’émergence comporte 3 axes fondamentaux : la transformation structurelle de l’économie, le développement humain et la gouvernance, et a remercié le Luxembourg d’aider le Sénégal à atteindre l’objectif qu’il s’est fixé, et d’avoir accepté les procédures nationales sénégalaises de gestion des finances publiques.

I.P.I

jeudi 3 septembre 2015