Hymne à la nature et au monde animal

Dans sa collection Albums Loisirs, Gallimard (www.gallimard.fr/ www.decouvertes-gallimard.fr), vient de publier un indispensable pour tous les amis des jardins, ainsi que du jardinage : Deyrolle, l’Almanach perpétuel du jardin. Grâce à cette publication qui deviendra très vite un indispensable, vous apprendrez beaucoup sur les fleurs, les plantes et la manière d’entretenir votre jardin tout au long de l’année. Comment protéger votre potager l’hiver ? Comment prendre soin de vos rosiers ? Quand semer les œillets ? Grâce à des textes richement illustrés par des dessins extraits des sublimes planches d’école Deyrolle, replongez dans cet univers exceptionnel. Chaque mois, organisez votre semaine, notez vos rendez-vous, tout en profitant de conseils pratiques et d’informations scientifiques pour passer une année sereine au jardin. Le temps des feuilles mortes étant arrivé, vous trouverez, parmi mille et un conseils de saison concernant fruits, fleurs, plantes, légumes, arbres, celui concernant l’utilisation des feuilles mortes. Les feuilles des arbres fruitiers et des rosiers seront brûlées, une précaution contre la propagation des maladies, comme celles du noyer qui contiennent un tanin nocif. Les autres feuilles seront broyées et stockées pour être ajoutées au compost ou utilisées en paillis, protecteur en hiver de vos plantes et arbres.

Le nouveau roman de Jean-Baptiste Del Amo colle à la nature et au monde animal de façon très poussée, en un véritable hommage scintillant. Règne animal vient d’ailleurs de remporter tout récemment le Prix des Libraires de Nancy 2016 à l’occasion du Livre sur la Place, le premier grand salon de la rentrée littéraire. Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l’histoire d’une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l’omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d’une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d’une violence ancestrale. Seuls territoires d’enchantement, l’enfance — celle d’Éléonore, la matriarche, celle de Jérôme, le dernier de la lignée — et l’incorruptible liberté des bêtes parviendront-elles à former un rempart contre la folie des hommes ? Avec Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo nous offre un grand roman sur la dérive d’une humanité acharnée à dominer la nature, et qui dans ce combat sans pitié révèle toute sa sauvagerie et toute sa misère. Cet excellent texte a également été publié par Gallimard.

Je voudrais vous faire découvrir un artiste peintre, grand ami des arbres, Alexandre Hollan, auquel le Musée de Lodève (www. museedelodeve.fr) consacre une remarquable exposition. A l’occasion de cette exposition, un très bel ouvrage, d’Yves Michaud et Stéphane Carrayrou vient d’être publié chez Somogy Editions d’Art (info@somogy.fr/ www.somogy. fr) sous le titre Alexandre Hollan, questions aux arbres d’ici. Né à Budapest en 1933, Alexandre Hollan passe son enfance à la campagne en Transdanubie et à Budapest. C’est là qu’il prend conscience de son fort attachement à la nature. Bien des années plus tard, en 1984, le peintre achète un mazet près de Cignac, dans l’Hérault. Il passe depuis lors tous les étés à approfondir ses recherches auprès de quelques arbres élus auxquels il donne à chacun un nom : Le Petit Poussin, Le Glorieux, Le Foudroyé... Aux prises avec ces arbres d’une manière quasi fusionnelle, Alexandre Hollan se confronte ainsi à lui-même, au dessin et tente de mêler son énergie à celle des arbres. Dans sa démarche, le dessin restitue plastiquement une émotion, une sensation : fusains aux traits continus pour capter une vibration, un mouvement, lavis de gouache noire pour exprimer l’espace, dessins au fusain comme effacé pour faire affleurer les formes et proposer des portraits d’arbres. L’œuvre de cet artiste est un hymne aux arbres et à la nature.

Depuis toujours, Bernard Fort est fasciné par les orages qui sont pour lui de véritables manifestations audiovisuelles liées à l’instabilité de la nature et se traduisant par des déchaînements d’énergie. Alors que les éclairs ou la foudre s’adressent à l’œil, le tonnerre, sous produit énergétique de la foudre, s’adresse à l’oreille et renseigne sur la violence du phénomène, la distance qui sépare du centre de l’orage, les lieux et les acoustiques dans lesquels se produit ce fulgurant spectacle. Puis la pluie, visible et audible, vient laver les scories, tandis que la grêle rafraîchit les esprits. Le son de l’orage porte la signature acoustique des lieux, manifeste la saison, l’heure du jour ou de la nuit par les sons naturels qui l’accompagnent. Le fracas de l’orage peut être proche ou lointain, avec ou sans pluie, bref, sec et incisif ou lourd, sourd et étiré dans le temps, au centre d’un air plombé, parfaitement immobile ou, au contraire, accompagné d’un vent soudain, imprévisible. Sur le CD réalisé par Bernard Fort et publié chez Frémeaux & Associés (www.fremeaux. com) sous le titre L’orage - Soundscapes of storms (FA 711) vous entendrez des orages en montagne, en fond de vallée ou en plaine, dans des paysages forestiers, agricoles ou minéraux, mais toujours naturels. Au fil des orages vous entendrez également des chants d’insectes, des débuts de pluie, de grosses pluies... Impressionnant et de grande beauté ! Avis aux amateurs.

Spécialiste de la conservation des légumes par fermentation, Claudia Lorenz-Ladener vient de publier au Rouergue (www.lerouergue. com) l’ouvrage Ces ferments qui nous veulent du bien, petit manuel de lacto-fermentation. Saviez-vous que la fermentation lactique permet, lorsque vous conservez vos légumes, de préserver les nutriments et les vitamines. En plus, ils sont particulièrement savoureux. Les légumes lacto-fermentés sont faciles à digérer et, particulièrement bénéfiques pour les intestins, ils renforcent les défenses immunitaires. L’attention que l’on porte de plus en plus aujourd’hui à une alimentation naturelle et produite localement, une conscience plus aiguë des problèmes de santé, la modification de certaines habitudes alimentaires, sans oublier le plaisir que l’on prend à expérimenter de nouvelles recettes simples et faciles pour gagner en autonomie, tout cela a suscité un intérêt nouveau autour de la fermentation lactique. Les procédés sont expliqués de façon claire et détaillée. Cet ouvrage très intéressant propose également un très grand nombre de recettes, comme : betteraves rouges aux épices, brocolis au chou-fleur, carottes au fenouil, céleri branche aux baies roses, champignons fermentés au naturel, choucroute à la russe, concombres farcis, crème de fromage frais au poivron, feuilles de vigne en bocal, kimchi de légumes-racines, navets aux carottes, pickles de petits radis, potimarron au gingembre, prunes ou mirabelles, raifort fermenté, salade de chou chinois au poivron, salade de choucroute au fromage de brebis, salsa à la mexicaine, tomates vertes...

L’Institut pour le développement forestier (www .foretpriveefrancaise.com) vient de publier trois nouveaux ouvrages : L’arbre au-delà des idées reçues de Christophe Drénou, Oiseaux et forêt, une alliance naturelle de Gilles Pichard, Forêt et Carbone - Comprendre, agir, valoriser de Simon Martel, Loïc Casset et Olivier Gleizes. Je me suis penché plus intensément sur ce dernier titre qu’il vous sera possible d’acquérir en version papier ou en version numérique. Cet ouvrage démontre que la forêt joue un rôle primordial dans la lutte contre le changement climatique. La forêt séquestre chaque année une partie des émissions anthropiques de gaz à effet de serre et atténue ainsi les effets du changement climatique. En outre, les produits bois transformés stockent le carbone tout au long de leur vie. Utilisé dans la construction, le bois se substitue à des matériaux énergivores (aluminium, acier, béton, PVC...) et est utilisé comme combustible, il pallie l’épuisement des ressources non renouvelables (pétrole, gaz, charbon...). C’est ce que l’on appelle les «3 S» : séquestrer, stocker, substituer. Ce livre permet de comprendre et d’optimiser ce triptyque vertueux en forêt. Il fournit également les outils nécessaires pour réaliser des projets d’atténuation du changement climatique en forêt. Le propriétaire qui s’interroge sur la part que peut prendre sa forêt dans l’atténuation du changement climatique, le technicien qui veut développer un projet carbone, l’entreprise ou la collectivité désireuse de participer à l’amélioration de la forêt au travers de sa politique de développement durable, trouveront dans cet ouvrage synthétique tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Sur le respect de la nature et de l’environnement, L’Harmattan (www.librairieharmattan.com) vient de publier plusieurs ouvrages. Terre et humanité, la voie de l’Ecolocène de Robert Levesque. Oui, un futur meilleur et enviable nous attend. Celui de la réconciliation de l’humanité avec sa planète bleue, sa maison, son jardin. Aujourd’hui, nous savons que nous vivons au-dessus de nos moyens écologiques. Abandonnons notre société d’hyperconsommation. Rassemblons-nous pour ménager notre planète. Développons notre humanité en empruntant la voie de la réconciliation de l’humain avec sa terre. L’auteur nous convie sur ce chemin passionnant. Stéphane Calandra vient de publier un livre fort intéressant sous le titre Les natures des Calanques, représentation de la nature dans les Calanques. Dans les Calanques, des criques étroites de la mer Méditerranée, les hommes ont toujours eu plusieurs manières de comprendre la nature, de l’appréhender et de la protéger, mais avec l’arrivée du Parc national, une nouvelle représentation de la nature est apparue, celle qui fait référence au développement durable et à l’écologie.

Aux Editions Revue (www.revue.lu) vient d’être publié, en co-édition avec Natur & Ëmwelt le livre de Paul Felten et Guy Zimer, Luxemburgs bekannteste Heilpflanzen & Gewürzkräuter aus Natur und Garten. Depuis l’aube de l’humanité, les plantes jouent un rôle primordial au niveau de l’alimentation. Il est vrai que les valeurs de l’aliment plante au niveau de notre santé est reconnu depuis toujours. Quoique la civilisation de la vitesse et de la consommation nous a bien trop éloignés de cette connaissance. Aujourd’hui, nous revenons à ces valeurs et les apprécions de plus en plus à leur juste valeur. Dans nos contrées, les plantes qui possèdent des vertus médicinales ne manquent pas, tout comme celles qui sont utilisées comme épices. De nombreuses photographies illustrent l’ouvrage. Vous découvrirez les différents noms des plantes : en allemand, français, luxembourgeois, ainsi que leurs synonymes les plus courants. L’aspect botanique est précis. Les effets et l’utilisation des plantes est décrite de façon claire, tout comme leur composition, leur préparation et leur utilisation médicinale et/ou leur utilisation en cuisine. Aux côtés de plantes que l’on rencontre dans la nature, les vertus des plantes qui sont cultivées dans nos jardins, sont également présentées. Lorsque des plantes sont menacées et/ou protégées, ces spécifications sont clairement indiquées.

A destination des jeunes lecteurs

Dans son cabinet, Margot soigne toutes sortes d’animaux : des chiens, des chats, des tortues et même des furets ! Aujourd’hui, elle s’occupe d’un chiot qui a besoin d’un vaccin. Soudain, le téléphone sonne. Un poulain va naître au poney club ! L’album Une journée avec Margot la vétérinaire vient d’être publié dans la collection Une journée avec.... chez Père Castor Flammarion (www.editions-flammarion.com). La thématique de ce titre est le soin des animaux. L’album contient une histoire permettant de découvrir un métier, ainsi qu’un décor à déplier avec des figurines prédécoupées pour jouer. En fin d’album une enveloppe spéciale est destinée à recevoir les figurines découpées. Destiné aux enfants dès l’âge de 3 ans, les coins de cet album sont arrondis. Les auteurs sont Claire Laurens et Peggy Nille.

Chez Casterman (www. casterman.com) vient de sortir de presse un nouvel album somptueusement illustré pour découvrir l’univers des plantes. Des plantes primitives aux végétaux exotiques en passant par les arbres les plus communs de nos contrées, l’album Botanicum propose une merveilleuse célébration de la botanique. Le format géant fait la part belle aux images fascinantes de Katie Scott. Le texte clair et concis explique des tonnes de choses intéressantes sur les plantes. Cet album (dès 7 ans) est vraiment à la hauteur du merveilleux. L’auteure est Kathy J. Willis, directrice scientifique des Jardins botaniques royaux de Kew. Elle est également professeur de biodiversité à l’Université d’Oxford. En août 2015, Kathy a reçu le prestigieux prix Michael Faraday de la Royal Society pour l’excellence de ses travaux de recherche. Katie Scott a fait des études d’illustration à l’Université de Brighton et travaille depuis pour la BBC et Universal Records Marine Rivoal vient de publier au Rouergue Jeunesse (www.lerouergue.com) l’album Cui cui (dès 3 ans). Une étoile de mer s’ennuie et se sent surtout bien démunie devant le spectacle de tous les animaux qui, chacun à leur tour, se transforment. Comme seuls membres, la pauvre possède seulement cinq branches et a bien du mal à entreprendre de grandes, mais aussi de petites actions. Quand le crocodile se fait autruche, l’autruche devient éléphant, quand l’éléphant singe le singe... Plus haut, dans les arbres, des oiseaux moqueurs, perroquets et autres imitateurs apprécient toutes ces transformations. Notre pauvre chérie va-t-elle être à même de se transformer, elle aussi ? En tout cas, si chacun pensait qu’elle resterait l’exclue de cette parade des transformations, erreur, grave erreur même. Car notre amie l’étoile de mer finit par étonner tous et toutes, et à leur clouer le bec.

Michel Schroeder

Freitag 11. November 2016