Kultur

Letzter Eintrag : 25. September.

« If there is an escape »

Stelise, groupe rock mélancolique aux influences trip-hop, présentera son premier album « If there is an escape » avec 12 titres, dans la salle mythique de la Kulturfabrik à Esch/Alzette le vendredi 5 octobre prochain. La première partie sera assurée par les groupes Zero Point Five et The Blues Bastards.
Le groupe Stelise a débuté en août 2016. Le projet a commencé avec Steve Richer à la guitare et Elise Nunes au chant, d’où le mélange des deux prénoms d’ailleurs pour former le nom du groupe, avec un (...)

>> mehr

Clore l’été 2018 en abstraction, Villa Vauban

Vous souvenez-vous, amis lecteurs, de mon article du 22 juin sur l’expo de la peintre Esti Levy? Et pourquoi devriez-vous? De toute manière, aucune importance! J’y mentionnais simplement que me trouvant à Luxembourg centre, après avoir traversé le parc municipal, je venais de contourner la Villa Vauban (1), où l’on présentait (et présente encore) une expo intitulée «Art non-figuratif». Il s’agissait en fait d’une rétrospective Lucien Wercollier (1908–2002), Théo Kerg (1909–1993), Joseph Probst (...)

>> mehr

Clore l’été 2018 en abstraction, Villa Vauban

Vous souvenez-vous, amis lecteurs, de mon article du 22 juin sur l’expo de la peintre Esti Levy ? Et pourquoi devriez-vous ? De toute manière, aucune importance ! J’y mentionnais simplement que me trouvant à Luxembourg centre, après avoir traversé le parc municipal, je venais de contourner la Villa Vauban (1), où l’on présentait (et présente encore) une expo intitulée « Art non-figuratif ». Il s’agissait en fait d’une rétrospective Lucien Wercollier (1908–2002), Théo Kerg (1909–1993), Joseph Probst (...)

>> mehr

Maxim Kantor contre … Faust

Non, certainement pas ! Certes, Maxim Kantor n’a pas hésité à s’attaquer au Faust de Goethe dans les 280 lithographies qui composent son magnifique livre d’artiste et dont nombre sont en outre exposées séparément aux cimaises de la galerie. Deux douzaines de grandes toiles peintes à l’huile dans un tout autre style les accompagnent, s’y mariant, du moins subconsciemment, tout en formant à première vue et en dépit d’une subordination indirecte, l’essentiel de l’expo. Dur à saisir? Vous le comprendrez (...)

>> mehr

Prosa jüdischer Autoren aus Istanbul

Das Buch »Ni kaza en Turkiya«, »Prosa jüdischer Autoren aus Istanbul« (1) ist eine kleine Sammlung von Texten jüdischer Autoren, gefolgt von »Ringen mit Dämonen: gibt es eine jüdisch-türkische Literatur?«, einem Mini-Essay, als Nachwort von Prof. Laurent Mignon« (2), den wir ja schon gut kennen; hab ich doch schon öfters über ihn geschrieben. Mitten drin, Seite 55 und 56, versetzt uns das Buch mit Berta Brudo Özgïns lieblichen Poesien, die vom Sonnenaufgang über Istanbul schwärmen, unmittelbar in eine (...)

>> mehr

Drame et Tendresse au MNHA

« Drama and Tenderness – Flemish, Spanish and Italian Art of the Baroque Masterpieces from the Royal Museum of Fine Arts Antwerp, the MNHA and two major European private collections ». Voilà l’intitulé tout à la fois détaillé et lui-même passablement baroque de cette exposition qui nous attend depuis novembre 2017 au Musée National d’Histoire et d’Art. En français ça se lit « Drame et tendresse, maîtresses pièces de l’art baroque flamand, espagnol et italien du Musée royal des beaux-arts d’Anvers, du MNHA et (...)

>> mehr

Ahmed Ben Dhiab chante pour Raoudha

Sept années bien sonnées se sont écoulées, depuis que je vous ai présenté «Fulgurances» recueil de fulgurants poèmes du poète Ahmed Ben Dhiab. Suivirent notamment en 2013 «Lune Andalouse» et en 2015 «Jamila dit». Puis-je pour autant me targuer de connaître sa poésie? Pas le moins du monde et pas plus que vous, quand même eussiez-vous lu tous ses livres. Chacun de ses recueils n’est en effet pas seulement nouveau, tout autre et différent des précédents par son contenu, mais également par sa conception, sa (...)

>> mehr

Jonathans Vermächtnis

Ein spannungsreicher Roman über das Geburtsjahr der Bundesrepublik Deutschland

Für die Älteren unter uns sind die Fakten, die in dem neuen Buch »Die geliehene Schuld« von Claire Winter geschildert werde, nicht neu. Aber für die nachwachsenden Generationen ist es mit Sicherheit überaus interessant, gewissermaßen gemeinsam mit unbescholtenen jungen Menschen aus der unmittelbaren Nachkriegszeit ein entscheidendes Kapitel der Gründungsphase des westdeutschen Staates mitzuerleben. Die junge Journalistin Vera arbeitet für das Kulturressort einer Westberliner Wochenzeitung. An einem (...)

>> mehr

Tahar Bekri:

«Désert au crépuscule»

Depuis que j’ai entrepris de vous présenter, amis lecteurs, le fruit de cette lecture, ainsi que de vous faire participer aux émotions qu’elle a suscitées en moi, je doute. En effet, vu mes pauvres connaissances du désert et de ses peuples, comment puis-je espérer circonscrire et vous transmettre l’essence de ces poèmes réunis dans ce petit recueil et grand cri du cœur de Tahar Bekri, déchirant face aux entre-déchirements des peuples du désert, dont les cultures sont depuis toujours proches de la (...)

>> mehr

Vivre la «Légèreté d’être» à la Galerie Clairefontaine

Peu de titres de roman auront autant inspiré le monde culturel que «L’Insoutenable Légèreté de l’être» (Nesnesitelná lehkost byt) de l’écrivain tcheque Milan Kundera et, dans la plupart des cas, avec fort peu ou sans aucun rapport avec la signification originale du titre. Cependant, le moins que je puisse dire, après avoir visité un samedi pas tout à fait comme les autres (1) ce riche pôt-pourri d’oeuvres d‘art à laGalerie Clairefontaine (2), i.e. «The Lightness of being», c’est que son titre (en français: (...)

>> mehr

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...