Kultur

Letzter Eintrag : 21. Juni.

Der streitbare Sänger des Friedens

Paul Robeson setzte seinen Ruhm als Waffe im Kampf um Gleichberechtigung ein

Paul Robeson singt mit Werftarbeitern, 1942 ____________________________________________________
»Entzücken erregten die zahlreichen internationalen Gäste«, schreibt der Korrespondent von »Neues Deutschland« über das Eröffnungsprogramm des 3. »ND«-Pressefestes vom 19. Juni 1960 in Berlin, Hauptstadt der DDR. Es sei schwer zu entscheiden, wem der größere Beifall gegolten habe: dem Mongolischen Volksensemble, den »Los Inkas« aus Südamerika oder Liedern aus Trinidad. »Aber ganz sicher, daß der größte, (...)

>> mehr

Stylianos Schicho chez Clairefontaine avec ses miroirs : «mirror, mirror, mirror»

Self-Fulfilling Prophecy ___________________________________________________
J’écrivais en 2012 «... quoi ou qui observe-t-il donc, ce jeune peintre autrichien et plus précisément viennois, qui expose dans l’espace «2» de la Galerie Clairefontaine?». Aujourd’hui, c’est comme s’il répondait au titre de son exposition d’alors, «Observed». Y a-t-il un rapport? Va savoir!? Premier changement de présentation tout de même: les oeuvres de Stylianos Schicho sont exposées aujourd’hui dans l’espace «1» de la (...)

>> mehr

De Péckvillchen an de Vull(1) Oscar

Surprise ! Et elle fut de taille, lorsque je reçus, il y a une quinzaine de jours, par courriel, un message non signé de ma descendance – sans doute le plus jeune de mes deux petits-fils (4 ans), via ma belle-fille, via le mobile de mon fils – accompagné (on n’arrête pas le progrès, même si parfois il me dépasse) d’une invitation à un vernissage. À première vue, cette annexe n’était qu’un carton (virtuel) d’invitation, comme j’en reçois régulièrement de galeries, de musées, ou d’artistes eux-mêmes. Rien (...)

>> mehr

Bert Danckaert : une résurgence du Bauhaus ?

Lorsque je reçus l’invitation de la Galerie Clairefontaine1 au vernissage de l’exposition du photographe Bert Danckaert, je pensai tout d’abord à quelque rétrospective. Le message était en effet illustré par plusieurs agrandissements documentaires dont le style n’avait rien de particulièrement contemporain. Ma première idée, en les voyant, fut que la charmante galeriste, Marita Ruiter, allait exceptionnellement ressusciter pour nous l’un des grands artistes adeptes du Bauhaus allemand d’il y a près (...)

>> mehr

Djoma et Michail Kudinow, le couple magique de Saint-Pétersbourg !

Oserais-je parler d’évènement de l’année ? Non, de grâce, pas d’outrecuidance ! Nous ne sommes qu’en mars, aux portes du printemps, bien sûr, mais qu’est-ce que 2018 peut-t-elle encore nous apporter ? Qui sait ? Fêtons donc déjà ces deux peintres uniques venus de St. Petersbourg, invités par la Galerie Schortgen et par l’Ambassade de Russie, qui organisent cette exposition de 2 semaines en hommage au 25e anniversaire de la coopération culturelle entre la Russie et le Luxembourg au Centre Scientifique et (...)

>> mehr

Marlis Albrecht et Sjaak Smetsers une fois de plus chez Schortgen

Décidément, Jean-Paul Schortgen, directeur de la galerie homonyme(1), semble les avoir non seulement à la bonne, nos deux artistes, mais les considérer comme particulièrement bien assortis. Aussi, voilà que, tout en n’ayant presque rien en commun, Marlis Albrecht, la peintre et Sjaak Smetsers, le sculpteur, se retrouvent une fois de plus ensemble au 24, rue Beaumont à Luxembourg centre. Bon, si vous-vous souvenez encore de mes articles de 2012 ou de 2014 sur leurs expositions communes, amis (...)

>> mehr

Larissa Strunowa, la passionnée

Décidément, madame Paris, directrice de la Galerie Cultureinside(1) tient à achever l’hiver et à commencer le printemps en beauté, en nous présentant cette fois une peintre aussi talentueuse que pourvue d’une dynamique et d’une présence époustouflantes. Ou plutôt saisissantes ? Ou bien qui pourrait aller jusqu’à nous inspirer une certaine crainte, tout en dissimulant son ressenti à la superficialité, donc en demandant au curieux devenu spectateur une certaine dose de concentration, de contribution (...)

>> mehr

Entre chien et loup ou l’occasion En fit des larrons

Mais, qui, «En» ? «Destins de personnages durant l’occupation du Luxembourg», précise entre autres Denis Jousselin dans sa présentation au CNL (1) du très intéressant (c’est le moins qu’on puisse en dire) livre (2) d’Henri Wehenkel. Et il ajoute avec des mots quelque peu théâtraux (3) «On appelle «entre chien et loup» le moment qui précède le crépuscule, l’heure de tous les dangers quand les contours des choses s’effacent et qu’on voit les loups-garous sortir de leurs repères et les feux follets s’allumer dans (...)

>> mehr

Triangle dissonant d’artistes exceptionnels

Dire que la Galerie Schortgen (1) présente à cette expo d’hiver divers artistes, ne serait qu’une maigre homophonie. Par contre, dire le triangle constitué par Robert Viola, EFKA et Sabine Maître, assez discordant, n’est qu’évidence. Chacun doué d’un talent remarquable et d’un rayonnement peu commun, les deux peintres et la sculptrice n’ont d’autre point commun que l’art. Aussi, aborder Viola après avoir admiré EFKA, en allant du côté est au côté ouest de la galerie, revient un peu à passer du coq à l’âne. (...)

>> mehr

Giovanni Gastel et ses « Divine Ladies »

Voilà en tout cas un titre d’exposition qui n’a guère besoin d’être traduit, ni d’ailleurs expliqué. C’est lui plutôt qui explique d’entrée ce que vous allez découvrir en franchissant la porte de l’espace « 2 », rue du St-Esprit, de la Galerie Clairefontaine(1) : tout un univers complètement et exclusivement dédié à la femme. Cependant, au-delà ou en même temps que cette découverte, j’eus pour ma part une plus qu’agréable surprise que je me ferai un plaisir de vous dévoiler, afin que vous n’hésitiez pas, comme je (...)

>> mehr

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...