Kultur

Letzter Eintrag : 14. Februar.

Triangle dissonant d’artistes exceptionnels

Dire que la Galerie Schortgen (1) présente à cette expo d’hiver divers artistes, ne serait qu’une maigre homophonie. Par contre, dire le triangle constitué par Robert Viola, EFKA et Sabine Maître, assez discordant, n’est qu’évidence. Chacun doué d’un talent remarquable et d’un rayonnement peu commun, les deux peintres et la sculptrice n’ont d’autre point commun que l’art. Aussi, aborder Viola après avoir admiré EFKA, en allant du côté est au côté ouest de la galerie, revient un peu à passer du coq à l’âne. (...)

>> mehr

Giovanni Gastel et ses « Divine Ladies »

Voilà en tout cas un titre d’exposition qui n’a guère besoin d’être traduit, ni d’ailleurs expliqué. C’est lui plutôt qui explique d’entrée ce que vous allez découvrir en franchissant la porte de l’espace « 2 », rue du St-Esprit, de la Galerie Clairefontaine(1) : tout un univers complètement et exclusivement dédié à la femme. Cependant, au-delà ou en même temps que cette découverte, j’eus pour ma part une plus qu’agréable surprise que je me ferai un plaisir de vous dévoiler, afin que vous n’hésitiez pas, comme je (...)

>> mehr

Markus Fräger : le charme magique d’un néo-impressionniste,

... ou qui y ressemble fort. Belle découverte, mais qui allait commencer par une surprise. Contrairement à son habitude, pourtant rarement démentie, d’exposer un ou plusieurs artistes dans chacun de ses deux espaces, notre bonne vieille Galerie Clairefontaine(1) ne nous présente en cette mi-janvier qu’un seul peintre dans un seul de ses deux espaces, le 1er, place Clairefontaine. En effet, ce samedi après-midi 20 janvier de ma visite, son espace 2 était paraît-il fermé, car réservé à la très (...)

>> mehr

La magie du Cristal au Val Saint-Lambert

Le Château du Val Saint-Lambert, ancien palais abbatial du 18e siècle, est un véritable fleuron du patrimoine architectural wallon. Depuis 1999, d’importants travaux de restauration ont été entrepris afin de préserver ce site d’exception et de renommée mondiale. Cette rénovation a consisté en la création d’ateliers de tailleurs et de graveurs de cristal, l’installation d’une salle de projection, la réalisation de travaux de mise hors eau de l’aile ouest et de couverture de la cour anglaise, ainsi que (...)

>> mehr

François Schortgen : peintures et dessins

Ecriture I ____________________________________________________
Déjà deux ans et demi que François Schortgen nous a quittés, mais il continue cependant à nous charmer – en fait plus que jamais – de son oeuvre, qui lui vaut, à l’instar de quelques autres maîtres luxembourgeois de l’abstraction, une place de tout premier ordre parmi les inoubliables de notre peinture. Aujourd’hui, c’est grâce à la galerie Simoncini(1), qui l’a accompagné et valorisé depuis 1995, que j’ai pu retrouver la présence lumineuse (...)

>> mehr

Mirna Sišul et Raimund Göbner : la lumière et la joie

Excepté les deux superbes expositions Lucien Clergue et François Schortgen, en fait deux rétrospectives, je dois dire qu’à moins d’en avoir raté une très spéciale, la première partie de la saison artistique 2017-18 ne m’a pas vraiment épaté. Mais à présent que les fêtes et les congés sont du passé et que la nouvelle année est bien entamée, il me semble que les galeristes de Luxembourg ville ont bien l’intention d’enchanter nos promenades citadines d’hiver et ensuite printanières par quelques gâteries (...)

>> mehr

Chefs-d’oeuvre inoubliables de Lucien Clergue

Et « Wishes come true », plein d’autres artistes en sus…

… du plus haut niveau, faut-il préciser, tant photographes que peintres, chacun valant déjà per se largement le déplacement ! Et même l’unique sculpteur est loin de démériter. Où cela ? Où les « wishes », les souhaits vont-ils, viennent-ils donc ? Où se réalisent-ils ? Eh bien, cette fois en tout cas, c’est à la Galerie Clairefontaine (1), dont vous conviendrez, amis lecteurs, depuis le temps que nous la fréquentons, qu’elle est une sorte de Mecque luxembourgeoise des beaux-arts. Sa directrice consacre cette fois (...)

>> mehr

»Den Griechen ist schwindelig geworden«

Im Gespräch mit Mikis Theodorakis – Über die Krise, die Harmonie, die Musik und einen neuen Film über sein Leben

Der Film »Dance, Fight, Love, Die«, den Asteris Koutoulas aus 30 Jahren Ihres Lebens extrahiert hat, ist das cineastische Werk eines Freundes. Erkennen Sie sich wieder? Oder fehlt Ihnen etwas Wichtiges?
Ich erkenne einen Teil von mir wieder, vor allem den musikalischen. Reich an Handlung, ist der Film insgesamt eine große Arbeit. Ich fand viel über meine Beziehungen zu anderen Menschen, zu den Kollegen und Freunden. Diese meine Beziehungen erscheinen in einem milden, freundlichen und einfachen (...)

>> mehr

Les créations singulières de Gérard Cambon

Nombre de reconnus spécialistes d’art moderne « bien informés », juge que les oeuvres appréciées du commun des mortels comme belles, émouvantes, ou simplement jolies, voire ludiques, n’appartiennent pas au domaine de l’art. Ils se trompent, bien entendu. Libre à eux de me traiter de béotien, dépourvu de cette culture artistique savante qui leur fait admirer un tas au milieu d’un bac de sable, ou un carré traversé de quelques traits de couleur sans autre signification que celle du marché ou du nom de (...)

>> mehr

Hoher Besuch aus dem Sternenstädtchen

Kosmos-Legende Krikaljow eröffnet Sputnik-Ausstellung in Luxemburg

Erste ISS-Bewohner: Sergej Konstantinowitsch Krikaljow, William Shepherd und Juri Pawlowitsch Gidsenko (v.l.n.r.) ____________________________________
Mit dem Start des ersten sowjetischen Satelliten »Sputnik 1« am 4. Oktober 1957 begann vor 60 Jahren das Zeitalter der Raumfahrt. Der Sputnik war das erste künstliche, von Menschenhand geschaffene Objekt, das die Erde verließ und in eine orbitale Flugbahn um die Erde einschwenkte. Knapp einen Monat später startete die Sowjetunion den »Sputnik 2«, (...)

>> mehr

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 |...