Rapport 2008 du Fonds Kirchberg

Un quartier en perpétuelle mutation

Le Fonds d’urbanisation et d’aménagement du plateau du Kirchberg, dont la mission principale est l’urbanisation des cinq quartiers composant le plateau du Kirchberg (Quartier européen Nord, Quartier européen Sud, Quartier du Parc central, Quartier du Kiem, Quartier du Grünewald) a présenté, hier matin, son rapport d’activité 2008, dans la salle de conférence de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Le ministre du Développement durable et des Infrastructures, Claude Wiseler, qui était présent à cette conférence de presse a, dans son introduction, tenu à souligner la qualité architecturale des nouvelles constructions réalisées au Kirchberg. En guise d’exemple, il a cité deux architectes de renom, le français Dominique Perrault, créateur de la 4ème extension de la Cour de Justice des Communautés européennes et, Christophe Ingenhoven, réalisateur du projet de la seconde extension de la Banque européenne d’investissement. Les inaugurations de ces bâtiments ont été, pour le Fonds, les deux évènements majeurs de l’année 2008.

Mais le développement du Kirchberg se fait, comme l’a dit le ministre, dans tous les domaines.

On peut le constater par exemple, au niveau du logement, qui est une des priorités du Fonds. Si au Grünewald, 180 nouveaux logements viendront s’ajouter aux 240 déjà réalisés depuis 2004, le développement le plus important dans ce domaine aura lieu, d’abord, dans le quartier du Kiem ou l’on prévoit la réalisation de 850 nouveaux logements, dont 430 seront à charge de la Société nationale des habitations à bon marché (SNHBM), et au Réimerwee (500 logements), avant d’en construire approximativement 900 pour développer le front Sud de l’avenue J. F. Kennedy.

Après l’introduction du ministre, Patrick Gillen, président du Fonds, a passé en revue les différents chantiers, depuis l’aménagement de la Porte de l’Europe jusqu’au Quartier Grünewald, en évoquant, entre autres, le projet du Jean Monet 2 et les changements du Quartier européen Nord, ou encore l’achèvement de la transformation du carrefour de Bricherhaff, dont l’inauguration est prévue pour le mois prochain.

On peut observer que de nombreux chantiers sont destinés à favoriser la mobilité et, en particulier, la mobilité douce. Comme l’a souligné très justement le ministre, près de 20.000 personnes travaillent actuellement au Kirchberg. Pour 2020, on prévoit non seulement qu’il y aura 30.000 personnes qui y travailleront, mais que le plateau du Kirchberg comptera 10.000 habitants et 5.000 jeunes en âge de scolarité.

D’où l’importance d’aménager au mieux toutes les voies de communication, et particulièrement toutes celles de la mobilité douce, et en particulier, du tram qui, selon les prévisions, devrait faire son apparition à l’horizon 2014/2015. Il devrait compter 7 arrêts sur l’avenue J.F. Kennedy, disposés à environ 500m l’un de l’autre (Kirchberg-Foires, Kennedy, Bricher­haff, Uni Lëtzebuerg, Coque, Parlement européen et Place de l’Europe).

Il y aura bien sûr également la nouvelle gare ferroviaire Kirchberg où, outre le train, il y aura également... le tram bien sûr, le bus ainsi que des parkings pour y laisser la voiture.

Ceux qui souhaitent en savoir plus, peuvent le faire en consultant le site (www. kirchbergonline.lu), d’où il est possible de décharger tout le rapport 2008. Le Fonds sera également présent du 2 au 5 octobre prochain à la Semaine du Logement.

Enfin, en automne, des visites guidées du Kirchberg seront organisées les samedis, de 14 à 16h.

I.P.I

Ivano Iogna Prat : vendredi 28 août 2009