Accord de coopération entre l’OGB-L et la CGPT-IN

Pour renforcer encore davantage les liens

L’OGB-L et la Confédération générale des travailleurs portugais - Intersyndicale nationale (CGPT-IN), la confédération la plus importante du Portugal, ont renouvelé hier matin leur accord de coopération signé en 1992. Comme l’a rappelé André Roeltgen, président de l’OGB-L, la communauté portugaise qui, depuis 1960, est la plus importante des communautés d’immigrés au Luxembourg, compte aujourd’hui 120.000 résidents travailleurs et pensionnés, et ce, malgré le fait que 10.000 pensionnés sont rentrés au Portugal.

Et le flot migratoire s’est poursuivi encore, à la suite des politiques d’austérité de 2008 et 2009. Si on retrouve principalement des travailleurs portugais dans la construction, ils sont également nombreux dans le nettoyage, l’artisanat, la restauration et l’hôtellerie.

André Roeltgen a aussi tenu à souligner que l’OGB-L a toujours traité tous le travailleurs de la même manière, qu’ils soient Luxembourgeois, Portugais ou autres. Il a également évoqué la lutte de l’OGB-L pour la revalorisation de 10% du salaire minimum, par lequel de nombreux Portugais sont concernés.

Le secrétaire général de la CGTP-IN, Arménio Carlos, a remercié l’OGB-L et s’est dit réjouis du renouvellement cet accord, très important.

Il a expliqué que le Portugal est dans une situation très particulière du fait que, s’il compte 5 millions d’immigrés et descendants dans le monde, il accueille un nombre important de migrants qui viennent travailler au Portugal.

C’est ce qui explique l’importance que revêt pour la CGTP-IN le travail réalisé l’OGB-L envers les travailleurs portugais, afin que ceux-ci soient accueillis et soutenus comme la CGTP-IN accueille et soutient les migrants qui viennent travailler au Portugal.
Pour Arménio Carlos, il faut lutter ensemble contre la réduction des salaires, et défendre les conditions et les droits de tous les travailleurs, d’où qu’ils soient. Il défend, à juste titre, le principe : « A devoirs égaux, droits égaux ! ».

Pour lui cet accord avec l’OGB-L a 3 objectifs :

1) solidarité entre les 2 organisations pour défendre ensemble la valeur du travail : en favorisant les conventions collectives, en assurant la stabilité de l’emploi, et en respectant les conditions de travail (harmonie vie professionnelle/ vie familiale, meilleure répartition des richesses...)

2) lutte contre la pauvreté : 25% des Portugais vivant au Luxembourg sont à risque de pauvreté, et vivent dans des conditions difficiles. Il est donc urgent de trouver des solutions à ces problèmes

3) soutien social aux travailleurs et pensionnés : à chaque rencontre bilatérale, les constats sont toujours les mêmes, mais il n’y a jamais de solution, du fait que le pouvoir politique n’a pas la volonté de les résoudre. Les 2 organisations doivent donc intensifier leur lutte. « Il faut passer des paroles aux actes ! Il s’agit de parler moins et de faire plus ! »

L’accord signé prévoit notamment que l’OGB-L veillera à ce que des permanences et des informations soient faites en portugais ; que, dans le cadre de la construction de l’UE, les deux organisations luttent ensemble pour lui donner une vraie dimension sociale, pour la cohésion sociale et renforcer le rôle de la Confédération européenne des syndicats (CES), afin de mieux lutter pour défendre et approfondir le modèle social européen. Dorénavant, les membres des deux organisations seront reconnus mutuellement à part entière, ils conserveront leur ancienneté et leur droit à l’assistance juridique, sur base du certificat que leur délivrera l’organisation d’origine. L’OGB-L et la CGTP-IN organiseront, ensemble au Luxembourg, une activité pour commémorer la Révolution des œillets (25 avril)...

La CGTP-lN lance également un appel à tous les salariés et pensionnés portugais à s’affilier à l’OGB-L et à participer aux prochaines élections sociales de mars 2019.

I.P.I

lundi 22 octobre 2018