Temps durs, connards et charognards

Il y a toujours un zeste de vrai dans les ingrédients de leurs redoutables bouillons, à ces mélangeurs de n’importe quoi, vendangeurs d’impairs, récolteurs d’ignorance, cuistots d’infortunes, profiteurs de problèmes, prophètes de malheur, nageurs en eaux troubles, troublions de sinistres et sinistres bouffons. Voilà que soudain, ce zeste de vrai, de vraiment arrivé, d’authentique et d’indiscutable, tombé comme par hasard dans la sauce malodorante de leur malveillance opportuniste, leur fait espérer pouvoir surgir de la masse des insignifiants, des ignorés et autres anonymes pour rejoindre le cortège des élus, de ceux que l’on entend, écoute et suit. Mais qui sont ces microbes, ces bactéries, ces micro-ratés et autres parasites, qui rampent dans la traîne du coronavirus COVID-19, pour sortir de leurs immondes tanières et faire leur beurre avec le malheur d’autrui ?

Bah, est-ce réellement si grave ? vous demanderez-vous. Sont-ils, après tout, si dangereux, redoutables, tellement à craindre, ces hurleurs de « Je l’avais dit » et autres faiseurs de vent, qui ne brassent que de l’archiconnu ajouré de spéculations, essayant ainsi de se parer des plumes des paons qu’ils prétendent être ? Vous-vous direz peut-être « Ignorons-les ! » et le tour est joué. Les ignorer ? Malheureusement ce n’est pas si simple. En effet, si ces accoucheurs post-partum et autres mouches du coche sortis soudain du bois, envahissent la toile et parfois même une presse peu regardante, pour aller rejoindre avec leurs pseudo-analyses, promesses et remèdes, les nombreux profiteurs de malheur, faiseurs de fake-news et vendeurs de poudres de perlimpinpin, ils étouffent le vrai.

Il n’y a en effet aucun doute, que nous suivons presque tous au jour le jour l’actualité brûlante sur cette épidémie (ou pandémie, question de classement OMS ou nationaux) et sommes donc aux aguets des dernières nouvelles dans la presse, à la télé, mais aussi sur Internet avec son cortège du meilleur comme du pire. Et voilà le site d’un commerce par ailleurs fort « respectable », grâce auquel notre COVID-19, ce misérable virus, n’aurait qu’à bien se tenir. Je cite : « Lampe germicide UV, ampoule UVC compacte, ampoule de désinfection UV, tube ultraviolet à quartz ozone.

Détruisez la structure de l’ADN La lumière détruit la structure de l’ADN des virus, bactéries et autres micro-organismes pour perdre la capacité de se reproduire, puis tue les virus, bactéries et autres microbes... ». Cela semble vraiment sérieux. Et je ne parle pas de toutes les offres que je reçois par courriel. Et je ne parle pas non plus des prétendus médicaments miracle offerts en ligne ou par courriel, que vous n’avez pas intérêt à commander, car ils n’existent que dans l’imagination de l’arnaqueur, ou ne sont que placébos.

Et que dire de ce vendeur d’ananas autoproclamé professeur en je-ne-sais-plus-quelle-science, qui a publié une vidéo vue par des millions de gens, moi y compris, où il annonce, en authentique prophète de malheur, que la première vague de COVID-19 sera suivie par une autre et encore une autre et d’autres encore bien plus graves et mortelles que la première ? Conclusion : il eût suffi d’éviter celle-ci pour empêcher les suivantes. Si vous voulez éclater de rire, surtout ne vous en privez pas. Cette allégation est, bien sûr, absolument fantaisiste et n’est fondée sur rien de sérieux. En fait, elle est essentiellement basée sur une fumeuse théorie des cinq portes d’entrée du virus qui, trouvant porte close par nos anticorps après une première atteinte, disposerait d’autres entrées, ainsi que sur de prétendues parentés avec la grippe espagnole de l’après-1ère-guerre mondiale. Tout cela a été aussitôt démenti par nombre de vrais scientifiques. Encore faut-il avoir la patience de chercher et de lire aussi leurs rapports parfois assez longs, car étayés, eux, par des argumentations fondées et références détaillées.

Quant à aux fameux masques, que l’OMS vient soudain de déclarer obligatoires, mais dont toutes les institutions sanitaires, tant étatiques que civiles, déplorent le manque dramatique, qu’en est-il ? Pour commencer, notons que leur carence reflète l’incompétence, imprévoyance et impuissance des autorités face aux exigences de rendement immédiat du libéral-capitalisme, pour qui stocks et réserves de sécurité ne sont que du poids mort. Et cet abus de fausses économies est d’autant plus flagrant, que des stocks et réserves de profit, les successeurs de ceux que l’on appelait de 1914 à 23, puis de 1939 à 50 des profiteurs de guerre, donc les spéculateurs et requins du marché noir, n’en ont apparemment jamais manqué. Et cela, j’ai pu, tout comme vous peut-être, le constater personnellement.

En effet, le même jour de février, où je recevais une offre par e-mail de masques respiratoires à très haute protection « FFP3 contre SARS CoV2 (syndrome respiratoire sévère) » à un prix exorbitant, j’allai me renseigner à ce sujet chez ma pharmacienne. Et elle de m’annoncer à mon grand étonnement, qu’on n’en trouvait plus nulle part de conformes en vente libre depuis près d’un mois. Pourtant et malgré cette prétendue carence, je n’ai pas cessé d’en recevoir les semaines suivantes, de ce genre d’offres, d’un peu partout. Enfin, je suppose, car il m’en parvenait en français, en allemand, en anglais et il y en eut même une en italien. Et cela me choqua d’autant plus, que c’était la langue du pays, où même le personnel médical doit souvent se protéger avec des bricolages peu fiables.

En fait, il y aurait encore beaucoup à écrire sur ces sinistres chapitres de la connerie et de l’abjection humaine. Mais le but de cet article étant principalement, amis lecteurs, de joindre ma voix à celle de mes confrères professionnels et de vous mettre en garde, je ne me perdrai pas ici en littérature. Outre vous avoir simplement signalé certains impairs et dangers, je voudrais avoir contribué à vous faire adopter une prudente méfiance. En tout cas, je vous recommande de n’accepter aucune proposition anti-corona-virus de quelque genre par quelque inconnu que ce soit. Pour ce qui est d’approfondir le sujet, de nombreux sites et articles clairs et très instructifs apparaîtront nombreux sur votre écran, si vous y inscrivez simplement « corona arnaques ».

Par exemple, le journal Ouest-France, publiait déjà le 25 mars sur www.ouest-france.fr/sante : « Nos confrères de RTL font état ce matin d’un essor de sites frauduleux, proposant la vente en ligne de gels hydroalcooliques, de masques et même de faux tests de dépistages, en échange de coordonnées bancaires. Certains sites malveillants même ont apposé les logos d’État sur leurs pages pour tromper les clients. Comme le rappelle Loïc Tanguy, porte-parole de la Répression des fraudes, interrogé par le média, les seuls tests pour vérifier si on a le coronavirus ou pas sont faits par les hôpitaux et non par des kits envoyés par la poste ». À vous de jouer et… lisez bien votre Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek !

Giulio-Enrico Pisani

(Photo : dpa)

jeudi 9 avril 2020