Kultur

Neuester Eintrag : 6. August.

»Auftritt der Atombombe als Person«

Einige Gründe, warum Brecht zwei Fassungen seines «Galilei» anfertigte

Am 23. November 1938 schrieb Brecht in sein Arbeitsjournal: »Das Leben des Galilei abgeschlossen. Brauchte dazu drei Wochen.« Das war wenige Wochen vor der Entdeckung der atomaren Kernspaltung durch Otto Hahn und Fritz Straßmann im Dezember 1938 im faschistischen Berlin. Das Thema des Stücks hatte sich in den 30er Jahren aufgedrängt: Das Verhältnis von Wissenschaft und antagonistischer Gesellschaft, der Missbrauch wissenschaftlicher Erkenntnisse durch die Reak­tion. Brecht hatte ein Epochenproblem (...)

>> mehr

Zum Kongreß der Völker für den Frieden

Das Gedächtnis der Menschheit für erduldete Leiden ist erstaunlich kurz. Ihre Vorstellungsgabe für kommende Leiden ist fast noch geringer. Die Beschreibungen, die der New Yorker von den Gräueln der Atombombe erhielt, schreckten ihn anscheinend nur wenig. Der Hamburger ist noch umringt von den Ruinen, und doch zögert er, die Hand gegen einen neuen Krieg zu erheben. Die weltweiten Schrecken der vierziger Jahre scheinen vergessen. Der Regen von gestern macht uns nicht naß, sagen viele. Diese (...)

>> mehr

Auf Zeitreise mit Bob Dylan

Ein alter Mann erzählt Geschichten und Geschichte

Einhelliger Jubel herrscht in den Feuilletons über Bob Dylans Album »Rough and Rowdy Ways«. Verständlich ist das aus zwei Gründen. Zum einen: Diese Sammlung von zehn Songs ist wirklich etwas Besonderes. Zum anderen: die berufsmäßigen Auskenner können hier gar nicht anders. Bob Dylan ist längst ein Entrückter, und ihn zu loben heißt auch, sich selbst als Mitglied in den elitären Kreis der Eingeweihten zu befördern. (Der Autor begehrt dazuzugehören.)
Für wen hat Bob Dylan diese beiden CDs bespielt? Die (...)

>> mehr

Action & Abstraction : Une découverte et deux revenants !

Cette fois, j’ai bien failli la rater, cette belle exposition de la Cultureinside Gallery (1), à cause de mes autres engagements; mais elle a été heureusement prolongée jusqu’au 14 août. Et s’eût été vraiment dommage, car elle vaut le coup d’oeil. Et même mieux que ça, aussi fascinante qu’instructive. Pour la beauté pure, en fait, rien de nouveau sous le soleil, puisque Madame Gila Paris, directrice de la galerie nous permet de retrouver deux vieilles connaissances dont les tableaux m’ont enchanté par le (...)

>> mehr

Charles Kohl pérennisé Villa Vauban

Rescapé des passerelles en matériaux divers, goulots d’étranglement, inégalités du sol et autres obstacles organisés par la municipalité tramophile avenue Émile Reuter et mettant à rude épreuve mes vieilles jambes après la traversée d’une première partie du parc de Luxembourg, j’accédai un peu groggy mais soulagé aux jardins de la Villa Vauban. Dix heures, juste à temps pour l’ouverture du musée (1), moment que je préfère à cause de sa tranquillité, à l’intérieur, bien sûr. C’est donc au mépris du vacarme, (...)

>> mehr

Brushed by light : sensualité et tendresse au MNHA

Chapeau à notre Musée National d’Histoire et d’Art pour sa nouvelle exposition (1) Brushed by light de Carla van de Puttelaar! Contrairement à la tendance venue du sud méditerranéen et d’outre-Atlantique à cacher la beauté féminine, ce dont déjà Molière se moquait dans son «Couvrez ce sein que je ne saurais voir.- Par de pareils objets les âmes sont blessées - Et cela fait venir de coupables pensées», le MNHA, s’en donne aujourd’hui à cœur joie... Oui, chapeau, car même en Europe on hésite à honorer la (...)

>> mehr

Dans le « Le derviche des mots »

Oh-là-là, « des mots et encore des mots », pourrais-tu t’exclamer, excédé, ami lecteur, quelque part en lisant cet article. Ah ces mots ! Et pourquoi ? Qu’il y a-t-il de plus important dans la pensée, la parole, l’expression orale ou écrite, la communication et sa mise en musique, que les mots ? J’ajouterais : quoi de plus essentiel que leur signification, formulation, sonorité, beauté, poésie, musique même, jusqu’à leur danse, ainsi qu’à la danse du derviche et à sa mise en poésie par Ahmed Ben Dhiab ? Tu (...)

>> mehr

Premier clip: «Wise Man»

L’idée du projet «Patient Zero» est, comme le nom l’indique, née pendant le confinement et on montre bien que la distanciation n’a jamais été un obstacle à la création pour les artistes. Ce premier morceau, plein de mystère, est accompagné d’un clip vidéo dans l’air du temps, qui a été enregistré comme les pistes du morceau cad à distance.
Ces amis musiciens ont laissé libre court à leur inspiration pour écrire le single blues «Wise Man» dont les paroles sont en partie inspirée par la vie et la personnalité de (...)

>> mehr

Deux artistes d’exception…

… avec un petit retard. Eh oui ! Fallait-il tout arrêter à cause de cette espèce de black-out ? Pour d’aucuns c’était hélas inévitable. Surtout, là où les gens se côtoient, se pressent, s’agglutinent. Mais les galeries d’art? Absurde! Les vernissages exceptés (1), on n’y voit rarement plus d’un, ou deux et parfois trois visiteurs à la fois, qui, en général, ne se parlent, ni se regardent. Il est vrai que, peu à peu, ci et là, en attendant des jours meilleurs, des solutions de rechange sont apparues et, suivant (...)

>> mehr

Temps durs, connards et charognards

Il y a toujours un zeste de vrai dans les ingrédients de leurs redoutables bouillons, à ces mélangeurs de n’importe quoi, vendangeurs d’impairs, récolteurs d’ignorance, cuistots d’infortunes, profiteurs de problèmes, prophètes de malheur, nageurs en eaux troubles, troublions de sinistres et sinistres bouffons. Voilà que soudain, ce zeste de vrai, de vraiment arrivé, d’authentique et d’indiscutable, tombé comme par hasard dans la sauce malodorante de leur malveillance opportuniste, leur fait espérer (...)

>> mehr

-10 |...