Kultur

Neuester Eintrag : 29. März.

Nikzad Arabshahi: l’univers toilé

Est-ce bien sérieux, qu’entamer une présentation d’artiste, un article culturel donc, par une faute de frappe, une erreur, l’oubli d’une lettre, l’omission du 1er «e» du mot «étoilé»? vous direz-vous sans doute! Pis encore, le rédacteur en chef, qui laisse passer ça! Du jamais vu! Mais non, rassurez-vous, ce n’est que de l’exceptionnel, mes amis, c’est à dire du quasi-normal parmi les artistes que je vous présente souvent dans ces colonnes et dont aucun n’est dans «la norme». Par contre, votre étonnement est (...)

>> mehr

Nichts Neues aus Leipzig

Die Buchmesse feiert nur einen Besucherrekord

Neuer Besucherrekord: Über 280.000 Besucher gingen an den vier Tagen durch die Messehallen, das Interesse an den fast 3.000 Veranstaltungen auf der Messe und in der Stadt war groß, der reine Augenschein ließ sehen, wie viele gerade junge Menschen das (viel zu große) Angebot wahrnehmen. All das hielt die Bedenkenträger nicht von ihrer vorgefaßten Meinung ab, sie stimmten wieder das gleiche Lamento an, die Leute, wer auch immer das ist, lesen immer weniger, der Absatz von gedruckter Literatur geht (...)

>> mehr

«Plakeg !», le nu à cheval … des XIXe et XXe siècles

Elle est passionnante, cette période charnière, aussi essentielle dans l’histoire du nu dans l’art, que transitoire et mal définie, située entre réalisme et expressionnisme et ouverte lato sensu par les impressionnistes, dont le musée Villa Vauban (1) expose actuellement un choix de nus! Le titre de l’exposition vous paraît bizarre? C’est voulu. En effet, plakeg signifie en luxembourgeois nu ou dénudé dans la vie courante et non dans la représentation artistique du corps humain, comme en sculpture, (...)

>> mehr

Freiheitsliebend und exzentrisch

Fanny Ardant wird 70

Fanny Ardant setzt sich über Moralnormen und Denkverbote hinweg. In ihrem jüngsten Film spielt sie eine abgedrehte und exzentrische Frau. Eine Rolle, in der sich die »Grande Dame« des französischen Kinos teilweise selber spielt.
Sie trägt Leder, vorzugsweise Schwarz, färbt ihre Haare hellblond und ist ziemlich abgedreht. In ihrem jüngsten Film spielt Fanny Ardant eine Mutter, für die sich ihr erwachsener Sohn schämt, denn sie kommt auf die verrücktesten Ideen, wie die, Drogen zu verkaufen, um aus (...)

>> mehr

Mignonne, allons voir si la rose…

... eussé-je pu dire, comme à son temps Ronsard dans son «Ode à Cassandre» et poursuivre: «...qui ce matin avait déclose...», ces deux vers devenus depuis un temps l’immortel symbole de la femme fleur. Car c’était bien la femme aux moult fleurs qui me jaugeait, imaginai-je, mystérieuse entre ses cils mi-clos et couronnée d’un immense bouquet, depuis cette invitation titrée Laura Bofill et «Dialogue with nature» reçue il y a peu de la Galerie Schortgen (1). «Tiens», me suis-je dit, «Voilà que Jean-Paul (...)

>> mehr

Jacques Schneider et sa Kritzel Fabrik

Fabrique de gribouillage! Et en deux mots. Kekseksa? Réponse ci-dessous et, pour plus de précisions, à Luxembourg ville, au n° 3, rue Jean Origer, 1ère rue à gauche de l’avenue de la Gare en venant de la gare, où vous trouverez sa (je cite l’artiste) «Kritzel Fabrik, lieu d’exposition, de création et de diffusion». Voilà tout un programme! «Mais pourquoi «gribouillage», façon ironique de parler dessin»? demandai-je à Jacques Schneider, après avoir promené un bon moment mon regard dans sa galerie. (...)

>> mehr

Rastignac im Élysée

Vergleich mit Romanfigur eines Karrieristen. Soziologen-Ehepaar Pinçon-Charlot zeichnet Emmanuel Macrons bürgerlichen Aufstieg nach

Der Mann, der sich in diesen Tagen herabgelassen hat, über die Dörfer des Landes zu tingeln, um dummen Provinzlern den Segen des ungebremsten Finanzkapitalismus zu erklären, hat es in knapp zwei Jahren auf mehr als ein Dutzend Bücher gebracht, die sich mit ihm beschäftigen. Emmanuel Macron, seit dem 14. Mai 2017 Präsident der Französischen Republik, ist für Politologen, Soziologen und Historiker ein Geschenk des Himmels. Dieser Jesuitenschüler und Absolvent der Kaderschmiede ENA, der es liebt, im (...)

>> mehr

« Jeux de regards »

Est-ce Rafael, ou bien Gilbert, l’auteur de ces deux belles phrases qui nous invitent à visiter cette prenante petite expo (klein aber fein, dit-on en allemand) accrochée au 2e étage du restaurant Mesa Verde (1), dans le vieux Luxembourg, rue du St-Esprit, expo qui est – vous l’aurez tôt compris – mon coup de foudre du mois. Je cite : « Ces regards montrent la force et la détermination de gens simples face à la vie. Leur tranquillité à gérer le quotidien est immuable. Manger suffisamment, avoir une (...)

>> mehr

Soudan : écrivaines d’aujourd’hui, ou refus de l’afro-pessimisme

Tu es loin d’être un inconnu, cher Laurent, pour les lecteurs de notre Zeitung, qui te retrouveront – j’en suis certain – avec intérêt. En effet, tu viens de publier avec Ahmed Al-Shahi, un nouveau livre intitulé « Women Writers of the Two Sudans » (1) (Ecrivaines des deux Soudans). Pourrais-tu nous éclairer un peu sur la genèse de cet ouvrage ?
Laurent Mignon : En fait, le livre se base en grande partie sur les communications faites par des auteures du Soudan, du Soudan du Sud et de leur diaspora (...)

>> mehr

Absolument surprenante, que cette exposition...

Absolument surprenante, que cette exposition hivernale de la galerie Nosbaum Reding (1), car Nina Tomàs, l’une des artistes qu’elle nous présente en ce début d’année, ne m’a pas seulement impressionné par son talent et la qualité de son travail, mais aussi par une diversité qui la rend absolument inclassable. Et c’est très justement que le journaliste Thierry Hick écrit dans le Luxemburger Wort du 17 février 2018 que « Nina Tomàs refuse toutes formes de contraintes ou de limites » puis la cite : « Je (...)

>> mehr

-10 |...